How to, tutoriels et conseils pratiques Non classé

Un clone e-commerce est une copie de votre site, utilisant votre design, vos descriptions de produits, et parfois même les avis de vos clients, sans votre autorisation. Le principe est simple : une personne mal intentionnée duplique votre site – sans avoir nécessairement besoin de le pirater – du contenu au design au passant par votre catalogue. À une seule différence près : les clients commandent, mais ne reçoivent rien. Et lorsqu’ils viennent se plaindre, c’est à votre porte qu’ils frappent, n’ayant aucune nouvelle du site cloné, et pour cause… car il ne sert qu’à détourner et escroquer une partie de votre clientèle.

L’impact de telles pratiques peut être dévastateur : pertes financières directes, atteinte à votre réputation pouvant durer des années, ou dans le pire des cas, risque de fermeture forcée sous la pression du site frauduleux. Votre boutique en ligne doit être protégée tout comme le serait un commerce traditionnel. La clé est de rester proactif et vigilant, et de mettre en place des mesures de sécurité robustes pour défendre votre entreprise contre ceux qui cherchent à profiter de votre succès. On vous explique comment faire, étape après étape, par ordre de priorité.

Quelques règles pour prévenir le clonage

Il est impératif que votre infrastructure technique soit sécurisée pour prévenir les usurpations. Voici quelques mesures techniques que vous pouvez mettre en place :

  • Configuration exclusive du domaine : assurez-vous que votre serveur web répond uniquement à votre domaine officiel. Cela évite que votre site soit dupliqué via un « mirroring » réalisé par un proxy malveillant.
  • Politiques de sécurité du contenu (ou CSP pour Content Security Policy) : intégrez des headers CSP stricts pour prévenir l’injection de scripts malveillants qui pourraient rediriger vos clients vers des sites frauduleux. Cette démarche n’empêche pas le clonage, mais le rend moins fluide et donc potentiellement plus facile à détecter par les consommateurs. Par ailleurs, la mise en place des ces headers aideront à bloquer les attaques de type cross-site scripting (XSS) qui sont un des leviers pour pirater votre site.
  • Surveillance continue : mettez en place une surveillance régulière de votre site et de ses configurations pour détecter toute activité suspecte ou toute modification non autorisée. 

Que faire en cas de clonage d’eshop ?

Dès que vous identifiez que votre site est victime d’un clone – généralement en raison de messages de clients mécontents qui ont payé mais qui n’ont pas reçu leur produit – vous devez l’identifier et le signaler. C’est une démarche en trois temps :

  1. Déclarez le site frauduleux sur la plateforme Safe Browsing Google.
  2. Déposer plainte en ligne : procédure “signaler un faux site commercial”.
  3. Demander la mise hors ligne au registrar et à l’hébergeur, en vous aidant des informations WHOIS pour identifier les responsables. En général, l’adresse email est de la forme [email protected] ou [email protected]. Fournir la plainte au prestataire est un gage d’action rapide.

Accompagnez les victimes

Face à l’usurpation d’identité de votre boutique en ligne, il est crucial non seulement de prendre des mesures préventives mais aussi de soutenir activement les clients victimes de sites clonés. Voici quelques stratégies pour offrir un accompagnement efficace et empathique aux victimes :

  • Former votre support client : vos agents doivent être préparés à faire preuve d’empathie et de patience, car les clients affectés par une escroquerie sont souvent stressés et frustrés. Vos agents doivent être formés pour gérer ces émotions avec empathie, montrant compréhension et soutien dans chaque interaction. Ils doivent partager les informations nécessaires pour conseiller les clients sur les démarches à suivre, comme faire opposition à leur carte bancaire, contacter leur banque et porter plainte en ligne.
  • Ajouter une section de conseils pratiques sur votre page de support pour guider les clients sur les étapes à suivre pour contacter leur banque ou leur fournisseur de carte de crédit afin d’annuler une transaction frauduleuse. Vous pouvez aussi lister les actions que le client peut faire pour vérifier l’authenticité d’une boutique en ligne.
  • Forcer la réinitialisation du mot de passe pour les clients existants qui auraient été victimes d’un site cloné.
  • Répondre aux critiques sur les forums et les sites d’avis : soyez à l’affût des discussions mentionnant votre marque en relation avec des fraudes, répondez aux commentaires négatifs en clarifiant les malentendus et expliquez les mesures que vous prenez pour combattre les fraudes et protéger les clients.

Restez en veille

Ce travail de veille est indispensable pour limiter les risques. Il passe par différents leviers complémentaires :

  • Ecoutez les signaux faibles : un contact au service client dont on ne retrouve pas la commande doit vous mettre la puce à l’oreille. Recherchez votre site sur Google (ie : sans taper l’URL) pour détecter un clone. Certains pirates peuvent tenter de se rendre invisible au propriétaire du site cloné (visibilité uniquement en horaires non ouvrés, ou hors de l’adresse IP utilisée par le marchand pour accéder au back office) : faites des recherches le soir, depuis votre téléphone en 4G,  etc…
  • Référencement payant : les sites clones étant par essence éphémères et utilisant du contenu dupliqué, leur référencement naturel est quasi impossible. Le pirate est obligé d’utiliser la publicité (moteur de recherche, réseaux sociaux, etc…) pour rendre visible le site clôné. La technique la plus courante reste l’acheter le nom du site cloné sur les moteurs de recherche. Vous pouvez réclamer votre marque auprès de Google, et / ou suivre les positions SERP sur votre marques et mots clés très proches. 
  • Nom de domaine : en général, les sites clonés utilisent un nom de domaine proche du vôtre. En achetant un .com .net ou .shop en plus de votre .fr, par exemple, cela permet de consolider votre marque et d’éviter de laisser cette opportunité à des pirates. Vous pouvez ainsi acheter certaines variations avec des tirets dans le nom de domaine par exemple.
  • Google Alerts : alors que les sites clonés utilisent le même contenu que votre site, vous pouvez paramétrer des Google Alerts sur des mots clés ou des phrases spécifiques à votre site qui intègre un produit, la présentation de votre équipe ou votre marque. Si ces contenus ressortent en ligne sur un autre site, c’est un signal d’alerte.
  • Did someone clone me? : c’est une solution technique qui vous permet, pour quelques euros par mois, d’intégrer du code dans votre site est d’être aussitôt prévenu si ce code est retrouvé ailleurs en ligne. Solution fondée par un expert en cybersécurité, DSCM ajoute une couche de protection supplémentaire dans votre veille.
  • Réseaux sociaux : faites régulièrement des recherches sur Facebook, Instagram, TikTok, Pinterest et X. En plus de cloner votre site, les pirates peuvent aussi cloner vos réseaux sociaux pour attirer les visiteurs sur le site contrefait. Si c’est le cas, il existe des moyens de signaler les faux profils aux plateformes.
  • Risque de récidive : la mise en place d’un clone prend du temps, notamment pour comprendre le contexte du site attaqué. Le second clonage est donc beaucoup plus rapide à réaliser, donc potentiellement plus rentable pour le pirate ! Si vous avez déjà été victime d’un clone, restez à l’affût : plus vous réagissez vite, plus cela découragera le pirate.   

Éduquez vos clients à la vigilance

Enfin, il est important d’aider vos clients à ne pas tomber dans le piège de la boutique clonée. Une communication claire et régulière est essentielle pour évoquer les risques potentiels et les moyens de vérification simples mais efficaces. Utilisez tous les canaux disponibles pour diffuser le message :

  • Newsletters : au sein de vos newsletters, ajoutez un encadré avec un message du type « Méfiez-vous des contrefaçons ! Vérifiez systématiquement que nos liens vous dirigent bien sur notre-marque.fr ».
  • Réseaux sociaux : publiez des infographies et des contenus qui expliquent comment identifier les sites frauduleux. Cela peut inclure la vérification des URL, la recherche de certificats de sécurité valides, et la méfiance envers des offres trop alléchantes.
  • Barre d’annonce sur votre site : installez une barre d’information en haut de votre site web ou de votre application mobile, le cas échéant, qui rappelle aux clients de vérifier qu’ils naviguent bien sur le domaine officiel. Testez cette fonctionnalité pour vous assurer que les fraudeurs ne peuvent pas modifier le texte.
  • Accès au support facilité : mettez en avant un bouton de contact ou de support pour gagner du temps en cas de problème. Dans l’espace support, vous pouvez rédiger une FAQ qui traite du sujet des sites clonés et qui partage les bonnes pratiques et les actions à faire en cas d’arnaques.

La mise en place d’une stratégie de prévention et de réaction rapide peut transformer un potentiel désastre en une gestion de crise contrôlée. Il est essentiel d’agir non seulement pour protéger votre boutique en ligne, mais également pour préserver la confiance de vos clients. Pour aller plus loin et sécuriser votre site e-commerce, n’hésitez pas à nous contacter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


La période de vérification reCAPTCHA a expiré. Veuillez recharger la page.