Par Matthieu, Fondateur.

Le ecommerce sur internet existe en France depuis approximativement 20 ans. D’abord pionnier, le secteur a rapidement connu une phase de développement effrénée, puis a atteint une croissance plus raisonnable ces dernières années. En parallèle du développement de la vente en ligne, le marché des solutions ecommerce a connu des pionniers, puis une explosion de solutions, avant de se stabiliser ces dernières années.

Ainsi, le paysage concurrentiel semblait figé, avant que 2019 n’apporte des nouveautés qui rebattent les cartes fondamentalement.

 

Les games changeurs de 2019

Rachat de Magento par Adobe

Adobe est principalement connu pour ses logiciels à destination des créatifs, dont Photoshop. Mais Adobe dispose aussi d’une très solide solution de production de sites web intégré à un ensemble d’outils d’animation marketing. Construit à base de rachats successif (DreamweaverCold Fusion, Marketo), cette plateforme offre aux grands comptes une solution parfaitement intégrée … et donc relativement fermée.

Annoncé en 2018 et effectif en 2019, le rachat de Magento a d’abord surpris compte tenu de la différence de culture et de positionnement des deux sociétés, avant de s’imposer comme une évidence : les portfolios produits sont parfaitement complémentaires.

  • Adobe n’avait pas d’offre ecommerce performante, ce qui devenait un handicap pour son offre de production digitale,
  • Magento devait se renforcer en solutions marketing, notamment pour se maintenir auprès des marchands grands comptes (omnicanal).

Aujourd’hui l’intégration semble aller bon train. Les premières annonces ont vanté l’intégration “native” des solutions marketing Adobe dans Magento, cqfd…

Notre analyse : Adobe est une société concentrée sur les grands comptes (Fortune 500 / CAC 40), et son besoin est une solution ecommerce adaptée. Magento va donc très probablement se concentrer sur ce segment, et par voie de conséquence naturelle, délaisser le marché des entreprises de taille intermédiaire.

Il va donc s’ouvrir un espace sur lequel les acteurs existants vont probablement essayer de se positionner :

  • PrestaShop serait déjà utilisé par 30% des marchands de taille intermédiaire. Pourtant, ni son offre, ni son marketing ne sont adaptés à ces marchands. Aussi, la place n’est pas gagnée pour PrestaShop : c’est toute une société qu’il faut muscler / sénioriser / faire monter en gamme.
  • Proximis (Ex RBS change) avec les inconvénients d’une solution propriétaire.
  • Sylius, etc…

 

Offensive Shopify en France

Shopify est une solution ecommerce en SAAS, qui propose de créer sa boutique en 2 minutes sans compétences techniques, avec un coût initial très restreint. L’éditeur Canadien a rencontré un grand succès en Amérique du Nord et s’est lancé en Europe depuis 2019 porté par son succès outre atlantique … et ses moyens financiers importants.

Le revers de cette solution qui parait si tentante est son coût : si un petit marchand peut s’en tirer à bon compte, les marchands au CA significatif trouveront vite la note salée, qui plus est si il faut, en plus de Shopify, financer une agence pour la personnalisation du eshop. En effet, Shopify se rémunère via un abonnement + un pourcentage du chiffre d’affaire (tarification sur le site de ShopifyCalculateur indépendant sur ecommerce-plateforms).

Notre analyse :

– Nos quelques SAAS tricolores se retrouvent face à un concurrent très difficile. L’édition logicielle est une activité coûteuse qu’il faut rentabiliser sur une base utilisateur la plus large possible. A ce jeu là, Shopify dispose d’une (grande) longueur d’avance qui risque de tuer à petit feu nos acteurs nationaux, aux moyens financiers limités par leur base utilisateur restreinte … qui risque encore de se réduire.

– Les CMS utilisés par les petits marchands pourraient aussi ressentir l’arrivée de ce nouvel acteur. En effet, pour un même mise initiale minime, le résultat obtenu avec Shopify est aujourd’hui meilleur. En France, sont ainsi dans le viseur indirectement WooCommerce & PrestaShop.

Note : je ne mentionne pas ici PrestaShop Ready qui arrivait trop tard et bien loin de Shopify pour envisager d’exister face à ce dernier.

 

2020 et la suite

Exigences qualité en hausse

Face à une offre ecommerce qui s’est étoffée, les exigences qualité des consommateurs, et donc de Google, ont augmenté. Il y a quelques années, être présent le premier suffisait à rafler le marché. Aujourd’hui, la qualité du code, l’expérience utilisateur, l’adaptation mobile, le temps de réponse du site sont autant d’indicateurs pris en compte par les consommateurs, et donc par Google pour le classement SEO (voir notamment Google Page Speed Insights).

Ainsi, la course technologique est relancée pour les solutions ecommerce, comme pour les intégrateurs qui personnalisent ces solutions. Mais la course n’est plus sur la rapidité d’exécution, mais sur la qualité du eshop réalisé.

 

Quelle adaptation des solutions ecommerce ?

Les solutions pour les petits marchands vont certainement se consolider et évoluer vers des offres Plug & Play, adaptables mais peu personnalisables, pour offrir à moindre coût la qualité attendue par le marché. Ainsi, à l’image de ce qu’il se passe sur le marché des POS / logiciels de caisse, le SAAS a des places à prendre.

Coté entreprises intermédiaires et grands comptes, l’arrivées de solutions ecommerce headless (ie : sans frontend), complétée d’un frontend léger va probablement devenir la norme. Le backend se concentre sur la connectivité et la robustesse et le front sur l’adaptation mobile et le SEO.

  • Coté backend, les acteurs existant vont certainement faire évoluer leur solutions (PrestaShop, avec sa refonte Symfony est en cours).
  • Coté Frontend, le marché est en pleine ébullition ! L’américain Shogun vient de boucler une levée significative, mais il y a de très nombreux acteurs : Vue StoreFront est un historique et Open Source, etc…

Laissez un commentaire